Roman choral, instructif et passionnant

Alain HUARTKivu l’espoir, Weyrich, 2016, 675 p., 22,5 €

kivuJustin n’a pas encore quinze ans lorsque sa mère et sa petite sœur sont abattues sous ses yeux. Livré à lui-même, il rejoint alors le rang des enfants soldats, les kadogo, entamant ainsi sa carrière militaire. À Kisangani, Albertine, jeune fille candide de 14 ans, sans père et brouillée avec sa mère, grandit entourée de sa famille de cœur. La guerre met sur sa route la violence, la souffrance et la maladie mais aussi Justin et une histoire d’amour.

À New York, Smith est aux prises avec ses doutes, ses désillusions et sa culpabilité. Son expérience rwandaise l’a profondément marqué et les exhortations de la très pragmatique Susan n’y changent rien. Zwig et Vicky, couple mixte venu témoigner à New York à la commission d’enquête sur le génocide rwandais, s’apprêtent à relancer une exploitation de café au Congo et à démarrer une nouvelle vie. Au Nouveau-Mexique, Veronica est sans nouvelles de sa journaliste de mère, dont elle soupçonne la CIA d’avoir organisé l’enlèvement.

Véritable roman choral, Kivu l’espoir raconte les destins croisés de ces personnages, étalés sur plus de vingt ans. Présenté comme la suite de Kivu, du paradis à l’enfer, ce tome II peut tout à fait être lu indépendamment. Au besoin, un résumé du tome I en début d’ouvrage en situe les grandes lignes.

Plus qu’un simple roman, Kivu l’espoir est aussi un récit historique. Des personnages fictifs travaillés évoluent dans différents cadres bien réels et réagissent à des événements avérés relatés avec précision, faisant de Kivu l’espoir un docu-fiction.

L’auteur expose le cadre historique au gré de l’évolution du récit et distingue les parties romancées des faits historiques, allant même jusqu’à proposer un cahier pédagogique en fin d’ouvrage. De cette façon, chacun est libre d’enrichir plus ou moins ses connaissances sur la Région des Grands Lacs mais aussi le contexte international des dernières décennies, les dessous de l’aide humanitaire et d’autres grands thèmes sociétaux. Le lecteur est ainsi en présence à la fois d’une histoire prenante et d’une trame de fond intéressante dont la véracité rend le récit encore plus passionnant, malgré quelques longueurs.

La narration fait voyager de décor en décor, d’un protagoniste à l’autre, en passant régulièrement de la première à la troisième personne, offrant tantôt un point de vue subjectif, tantôt une prise de recul. Ces différents éclairages se complètent harmonieusement pour créer un récit de qualité. Quelques coquilles parsèment l’écriture mais le style est très agréable, facile à appréhender, malgré la complexité des sujets.

Évitant de devenir trop didactique et de se muer en manuel d’Histoire, Kivu l’espoir est un roman instructif et passionnant, à conseiller tant pour un bon moment lecture que pour une découverte de l’Histoire récente dans la Région des Grands Lacs.

Estelle PIRAUX

Retrouvez  "Le Carnet et les Instants" en ligne ici 


LA CRITIQUE DE COLETTE BRAECKMAN - LE SOIR

Les rendez vous inattendus d’Alain Huart

On connaissait Alain Huart photographe, fin connaisseur de tous les tréfonds du terroir congolais, découvreur de talents, pédagogue soucieux d’inculquer aux jeunes Congolais l’amour et la connaissance de leur pays. Ces talents multiples ne doivent cependant pas occulter l’essentiel, qui vient de se révéler à l’occasion d’un deuxième roman » Kivu, l’espoir » : l’auteur, qui a longtemps travaillé pour la coopération belge et internationale, est aussi un homme d’imagination et de talent. Il a réussi, en collaboration avec Rejane Peigny, à transposer dans l’imaginaire l’histoire mouvementée des deux dernières décennies au Congo…
Et quelle histoire ! Compliquée en apparence, avec des personnages multiples, des lieux apparemment aussi éloignés que la frontière mexicaine et les bureaux du département d’Etat, les collines du Masisi, la ronde des humanitaires à Goma et Bukavu, l’engrenage des rébellions à répétition, des mouvements militaires, des défaites et des victoires… Au vu de ces personnages qui ressemblent quelquefois à des archétypes, l’enfant soldat, la jeune fille violée et séropositive, l’humanitaire au grand cœur, le baroudeur américain en charge des missions délicates, on aurait pu craindre que Justin, Albertine et les autres ne soient que des prétextes, comme ces personnages de cire qui ne sont là que pour rehausser les maquettes, leur donner quelque vraisemblance.
Heureusement, il n’en est rien : à travers ces héros si vraisemblables, le vrai sujet du roman, c’est le Congo lui-même, avec ses contradictions, ses déchirements, sa « grande histoire » tissée au fil des destins individuels… Le plus surprenant, à propos de ce pays où l’on croit volontiers que le pessimisme serait un signe d’intelligence et non un indice de myopie, c’est que l’histoire se termine plutôt bien, sur une note de courage et d’espoir. C’est là qu’Alain Huart démontre qu’il connaît vraiment le Congo, qu’il n’est pas l’un de ces Blancs de passage qui justifient leur impuissance ou leurs échecs par les carences des Congolais eux-mêmes…L’auteur, qui vit au Congo depuis des décennies, trouve dans ce vaste pays et dans la jeunesse de sa population des raisons d’espérer, de refuser la fatalité du pire.
Pour ne pas alourdir un récit qui se lit avec facilité et suscite quelquefois de réels moments d’émotion, l’auteur s’est livré à un travail méticuleux, bien utile pour tous ceux qui souhaitent en savoir plus : toutes les allusions historiques sont méticuleusement renvoyées à un « cahier pédagogique » de plusieurs dizaines de pages qui reprennent les références des plus importants des rapports consacrés au Congo, citent les livres indispensables, rappellent les faits historiques…. A lui seul, ce cahier pédagogique représente une somme de connaissances, un entrelacs de pistes de réflexion et d’études. Mais l’essentiel demeure le roman, cette histoire imaginaire dont toutes les pages semblent vraies et qui donne déjà envie de connaître la suite…

Alain Huart, Kivu, l’Espoir, Editions Weyrich



Extraits



 

Entretien avec Alain Huart par Thérèse De Raedt

 

Introduction

 

Dr Alain Huart, originaire de Charleroi et ayant grandi à Waterloo, habite depuis près de trente ans en République Démocratique du Congo. Il était donc déjà là lors de la fin du régime de Mobutu. Il était à Lubumbashi, enn tant qu’enseignant à l’UNILU lorsqu’a eu lieu le massacre des étudiants en 1989.   Il a vécu les conséquences du génocide rwandais avec ses réfugiés hutus dans la région du Kivu. Il se rappelle de la marche sur Kinshasa par l’armée de Laurent Kabila et sa prise de pouvoir. Il se souvient aussi du climat qui régnait lors des élections présidentielles et des deux mandats de Joseph Kabila à la tête de l’état. (Ce deuxième mandat se terminera en 2016.) Mais il a surtout vu et ressenti le désespoir de centaines de milliers de civils congolais (et rwandais). C’est pour eux qu’il s’engage dans ses travaux variés qui s’inscrivent dans la même démarche: redonner confiance aux populations congolaises et leur transmettant un message d’espoir qu’un futur meilleur est possible.

            Diplômé en médecine vétérinaire, Alain Huart s’est spécialisé en R.D.C. en stratégie de production agricole et de développement rural [1] Depuis mars 2012,  il est employé par l’agence belge de développement, en tant qu’expert international attaché au renforcement des capacités de l’administration de l’agriculture et du développement rural. Dans ce cadre il a, entre autres, appuyé la mise en place de la plate-forme multi acteurs que l’on appelle « conseil agricole rural de gestion » et du programme de gouvernance locale de proximité  intitulé « maison du Développement rural » ; deux dynamiques communautaires qui intègrent la participation de la société civile. Ainsi a-t-il parcouru cet immense pays et a-t-il acquis une connaissance approfondie (et de terrain) des besoins des différentes populations. Il exerce aussi en tant que maître de conférences à l’université de Kinshasa, de Lubumbashi et de Liège. Depuis 2004, il est conseiller technique au ministère de l’Agriculture de la République Démocratique du Congo ; il est aussi impliqué dans le processus de stratégie visant à intensifier l’agriculture et réduire la dégradation des forêts (REDD+, protocole de Kyoto..) . Mais ces activités ne s’arrêtent pas là: il est aussi photographe, écrivain et co-fondateur de l’espace culturel et éducatif Texaf Bilembo.[2]

               

Avec la collaboration de l’historienne de l’art Chantal Tombu, et grâce à l’engagement de l’éditeur Olivier Weyrich, il a coécrit: Congo, pays magnifique (2009), Congo, les quatre trésors (2010) et Bas-Congo (2012). Les deux auteurs se complètent à merveille. Grâce à leurs domaines d’expertises respectifs, Chantal et Alain joignent la nature à la culture et mettent en dialogue les pratiques agricoles et le riche patrimoine culturel tout en insistant sur les enjeux de développement et les préoccupations écologiques. À travers ces ouvrages, ils veulent diffuser un message positif (d’où le titre du premier ouvrage, proposé par l’éditeur) qui contraste avec les images négatives envoyées par les médias et faire ressortir le dynamisme de ce jeune pays (ou l’âge médian est 16 ans) plein de potentiel. Ces trois livres contiennent aussi de remarquables photos qu’Alain Huart a prises dans tout le pays. (Un quatrième livre Congo Mille couleurs va bientôt sortir.) Par la qualité et la spontanéité des photos (il n’y a pas de mise en scène artificielle), ces livres constituent aussi de précieux témoignages de la vie congolaise à notre époque.

 

En 2008 déjà, le premier roman d’Alain Huart, La piste des Congo, avait été publié sous le nom de Jean Kristine. Il a été retravaillé depuis et réédité sous le titre Kivu, du paradis à l’enfer. Il raconte l’histoire de deux personnages que le destin, l’idéal et la passion rapprochent: Zwig, prêtre missionnaire suisse et Vicky, infirmière congolaise. Cette trame narrative se greffe sur fond de guerre dans la région des Grands Lacs. Toute la gravité et l’ampleur de cette guerre y transparaissent. Le livre contient un avant-propos « Histoire des peuples Congo » qui résume efficacement les origines lointaines du conflit. Chaque chapitre contient une introduction historique qui aide à mieux comprendre le contenu de la narration et les enjeux auxquels doit faire face cet immense pays. Si le roman n’est pas toujours facile à lire par la gravité des sujets qu’il traite, il ne tombe jamais dans le manichéisme (avec des bons et des mauvais) mais garde un ton juste et nuancé. Écrit avec beaucoup d’humanisme et de sensibilité, il capte l’attention de tout lecteur dès la première page grâce au style direct, sans ambages, prenant et clair. Le deuxième roman, qui constitue une suite au premier, sortira vraisemblablement en 2016. Il continuera l’histoire de Zwig et Vicky et deux nouveaux protagonistes feront leur apparition: Justin, enfant soldat, et Albertine, victime de violences sexuelles. Il couvrira la période 1994 – 2014.

            L’entretien qui suit se concentre surtout sur les activités littéraires d’Alain Huart et en particulier sur ses romans ainsi que sur ses visions de développement.

 

 

 

Entretien

 

Thérèse De Raedt: Pourriez-vous vous présenter?  Et nous dire comment vous est venu l’idée d’écrire un roman?

Alain Huart:          Je m’appelle Alain Huart et je vis en République Démocratique du Congo depuis une vingtaine d’années. Le Congo est un très grand pays avec de très grands enjeux. C’est le pays qui dispose des plus grandes potentialités en Afrique et donc l’enjeu majeur de ce pays est de construire son avenir. Alors pour construire l’avenir d’un pays il faut une série d’ingrédients: il faut une éducation et il faut une gouvernance locale. Il se fait que, par chance, j’ai pu, par mes activités professionnelles, entrer dans ces deux cases de constructions. Après un parcours, disons, plutôt technique, agronome et vétérinaire, je suis maintenant un expert en gouvernance locale. Un spécialiste en gouvernance locale est quelqu’un qui s’assied avec des gens dans un espace, un secteur, un terroir et qui leur dit: « mettons nous ensemble et essayons d’imaginer notre futur en fonction de nos ressources ». Il faut mettre des gens ensemble et leur faire prendre conscience qu’il y a moyen de faire des choses ensemble. Il faut être une force motrice locale et les accompagner. Professionnellement j’ai évolué. J’ai aussi eu la chance de faire des choses à vocation éducative et je me suis rendu compte qu’il fallait des supports, des livres, des publications. Il fallait des supports solides accessibles à la population. Il fallait s’investir là dedans. J’ai écrit des livres techniques et réalisé des livres photographiques. Écrire un roman est une démarche qui a mis du temps à venir et qui est assez lourde dans sa mise en œuvre parce qu’il faut des années pour écrire un roman cohérent. Mais quand vous mettez dans le roman une trame qui emmène le lecteur vers une certaine logique des choses, vous allez convaincre le lecteur mieux que par n’importe quel autre moyen.

 

TDR:    Pourquoi avez-vous choisi le roman et pas une autre forme d’écriture?

AH:      On publie une somme astronomique de rapports (des Nations Unies par exemple). Ces rapports ne sont lus que par l’auteur, son patron et peut-être 3 ou 4 autres personnes. Il y a une énorme énergie humaine qui est mise dans toutes sortes de choses qui ne sont pas lues. Donc pour moi il faut aller vers quelque chose qui sera lu. Un roman est lu. Quand j’écris un rapport, je suis lu par 10 personnes. Un livre comme Congo Pays magnifique est lu par 1000 ou 2000 personnes. Ce n’est toujours pas suffisant. Moi je veux un livre qui a un moment donné puisse être lu par la jeunesse congolaise à l’école. Une jeunesse qui va dire: « voilà un livre qui parle de nous, qui parle de notre pays, de nos souffrances, qui parle aussi de notre avenir et de notre construction ». Je veux un livre qui donne ces ingrédients. On sait qu’à l’école on grandit grâce à des livres de référence qui racontent l’histoire de notre pays. 

 

TDR:    C’est téméraire. Vous avez osé sortir de votre zone professionnelle de spécialisation.

AH:      En effet. Je suis un scientifique et jamais je ne m’étais imaginé que j’allais écrire un roman. J’y suis venu par nécessité. À un moment donné, j’ai compris qu’écrire un roman était l’outil ultime par lequel j’allais faire une différence dans ma démarché de communication. Depuis trente ans je suis aux premières loges d’un pays où, en tant qu’expatrié, je suis dans une situation privilégiée. Je peux voyager. J’ai une bonne formation de base. J’ai des boulots intéressants. J’ai de bons réseaux. Avant de commencer à écrire mon premier roman, j’ai noté une liste de gens qui pourraient écrire tout ce qui se passe ici. J’avais une dizaine de personnes sur cette liste. Puis j’ai dû les barrer car je me suis dit que l’un n’allait pas le faire manque de temps, un autre par manque d’intérêt, un autre par manque de réseau d’opportunités etc. Je me suis alors rendu compte que par défaut c’était moi qui devais écrire ce roman de construction du Congo.

 

TDR:    Vos romans traversent de larges périodes historiques.

AH:      Effectivement mes romans sont historiques. Pourquoi? Si je veux convaincre le lecteur de choses assez fondamentales pour son développement, je ne peux pas le placer dans un autre contexte que son contexte historique. C’est assez structurant d’avoir un ouvrage qui est à la fois un roman mais qui reprend aussi tout l’historique. Par la force des choses le Congolais qui va lire mes livres sera fatalement obligé de s’imprégner tant soit peu de son histoire.

 

TDR:    Où trouvez-vous votre documentation?

AH:      Il y a beaucoup de choses à lire. Il faut lire les ouvrages de référence. Il y en a quand même assez bien. Il faut lire des articles scientifiques. Il y a aussi des synthèses historiques comme celle de Jean-Claude Willame, qui produit déjà depuis des années une synthèse d’une rigueur absolument exceptionnelle.[3] Il y a la revue Congo Afrique qui est une très bonne revue congolaise et qui paraît très régulièrement. Il y a un professeur historien, Isidor Ndaywel è Nziem, remarquable qui a produit des ouvrages de référence.[4] J’ai donc un certain nombre de fils conducteurs: j’ai des mètres et des mètres de documentation! Après, le problème c’est le référencement. Mon deuxième roman aura plus de notes que le premier.

            Je dirais que dans la réalité historique du roman il y a une partie qui s’appuie purement sur l’histoire et une partie qui trouve sa source dans l’actualité. Mon second roman va jusqu’à aujourd’hui. Il y a donc une partie du roman qui est écrite en « life » avec des événements qui se passent et qui sont injectés dans l’histoire. Par exemple, au moment où le M 23 était défait par l’armée congolaise, en une remarquable victoire, j’écrivais ce texte dans l’actualité et j’allais pêcher sur internet et partout pour trouver des documents de référence, et dans un premier temps sur Wikipédia où on trouve des synthèses remarquablement objectives. Donc je reprends la réalité et l’intègre dans le roman. Je la colore à ma façon pour qu’elle entre bien dans mon roman. Mon livre est donc un roman qui a une trame historique incontestable et qui en plus est un roman d’actualité. Il faut que le lecteur congolais qui va lire le livre sente que la narration se passe dans le temps présent. Il faut que cela l’inspire pour le futur et que cela donne des valeurs et des idées de construction.

 

TDR:    Il est très important pour vous de faire passer un message dans le roman. Quel est ce message?

AH:      Et bien le message est que nous sommes dans un pays en reconstruction, Pour reconstruire, il faut des briques, du ciment , du sable , de l’eau, une truelle, un plan précis.  C’est là que le bât blesse : la planification locale du développement, au niveau des territoires et des secteurs, entités territoriales dotées de l’autonomie de gestion pat la Constitution, est quasi inexistante. Au niveau de la gouvernance nationale, il y a des avancées. Le pays améliore ses paramètres macro-économiques et même son classement IDH, récemment. Mais sur le plan social, les bénéfices n’apparaissent pas, et les revenus de la population de base, stagnent à un niveau très bas. A côté du Gouvernement national, comme des gouvernements provinciaux, il y a une série de partenaires techniques et financiers qu’on appelle aussi bailleurs de fonds, qui veulent assister le gouvernement congolais à planifier son développement. Parmi ces acteurs nous avons des partenaires multilatéraux, dont font partie les Nations Unies, la force de maintien de la paix (la MONUC qui est devenue la MONUSCO avec un budget annuel de 1,5 milliards de US$) la FAO, le FIDA, l’UNICEF, le HCR etc.[5] Toute cette panoplie d’organismes est présente au Congo et ces organismes donnent des indications au pays en matière de gouvernance La Banque Mondiale et dans une moindre mesure, la Banque Africaine de Développement ont, elles aussi, de grandes prétentions d’indiquer au Congo dans quelle voie il doit se diriger pour son développement (référence : rapport complet de suivi de la situation économique en financière en RDC en 2014, 2 eme Edition) . Et enfin, il y a des coopérations bilatérales. La Belgique, compte tenu de son passé historique avec le Congo,  dispose d’une expérience qu’elle pense utile et pertinente, et qu’elle partage avec le gouvernement congolais, : sur base d’une matrice  de gouvernance partagée, elle prétend guider le pays dans certaines orientations. Il y a aussi la France, les États Unis et les pays un peu émergeants comme l’Afrique du Sud. Donc il y a une série de partenaires, de bailleurs de fonds techniques qui veulent aider le Congo dans son développement. En gros, les visions, belge, américaine, françaises, onusiennes, ne se recoupent pas , ne se complètent pas ; la complémentarité et l’harmonisation ne sont que de façade. Aujourd’hui le constat d’un certain échec, est là. Même quand les partenaires techniques et financiers font l’évaluation de leur portefeuille d’aide au Congo, ils ont des bilans assez négatifs. Aujourd’hui il y a beaucoup d’argent qui va au Congo pour faire du développement mais ça ne débouche pas sur du développement. Il faut comprendre que le développement ne va pas se faire, par hasard, avec des centaines de personnes et des organismes différents qui viennent dire ce qu’il faut faire. Il faut qu’à un moment donné on puisse dire « stop ».

            Comment allons-nous développer le Congo? Dans le très grand pays qui est le Congo quels sont les plus grands problèmes, les deux plus grands chantiers? C’est l’éducation et la gouvernance locale. Dans un immense pays comme la R.D.C. si on a une gouvernance à la tête mais pas de gouvernance locale, alors on ne développera jamais. Si la gouvernance est présente au minimum, elle pourra se connecter à la société civile pour dire à cette société civile vous avez le droit de diriger localement cet Etat, ou cette entité territoriale décentralisée  (dotée de la personnalité juridique et des compétences en matière de développement par la Constitution) avec nous. Si cela ne se passe pas, la société civile se sent abandonnée et décline toute responsabilité dans le développement du pays, et c’est l’attentisme qui se développe. Quand on fait la synthèse de tout cela, le message qui ressort est que dans un très vaste pays formé de 26 provinces constitutionnelles et de 145 territoires -chaque territoire fait plus ou moins la taille de la moitié de la Belgique ou de la Suisse, ou l’équivalent d’un pays comme le Lesotho ou la Gambie- il y a 145 pays potentiels. Il faut que dans ces 145 territoires (petits) pays potentiels, et aussi dans leurs subdivision administratives qui sont les secteurs et les chefferies (737 au total pour la RDC),  il y ait une force motrice globale qui se demande: « Qu’est-ce que nous avons? » « Quelles sont nos potentialités? »  « Quelles sont les activités économiques que nous pouvons avoir? » « Comment allons-nous gagner de l’argent? » Il faut une force motrice locale qui fasse ce travail-là. Et donc c’est une construction – on va le dire en anglais – « bottom-up », autrement dit qui part de la base.

            Ma motivation dans mon travail professionnel et dans le roman est d’amener une prise de conscience que le développement de ce pays doit venir de la base si on veut un développement durable. Il faut que les gens identifient ce qu’ils veulent et concrétisent cela dans un plan global. Que ce plan global ne soit pas une liste de St Nicolas où l’on demande mille et une choses à des partenaires techniques et financiers, mais dise: « nous avons des ressources, nous allons les mettre en valeur et avec cette mise en valeur des ressources nous allons avoir des plus values et nous avons besoin d’un petit coup de main pour nous aider à faire telle et telle chose. » Des priorités précises qui sont fonction des potentialités que l’on a dans chaque territoire.

            Le roman est un outil qui essaie de favoriser la compréhension de manière ludique et agréable à travers un effort de lecture, qui n’en est pas un car ce sera agréable à lire, de faire comprendre un processus et de montrer par l’absurde que les autres solutions ne sont pas viables. On verra que l’insertion des soldats à l’Est soutenu par beaucoup d’argent de partenaires financiers est un échec. On verra que l’un des personnages du roman va être dégoûté de ne pas trouver de solutions ... Donc on va identifier dans ce roman des non-solutions au développement, des choses qu’aujourd’hui tout le monde présente comme étant des solutions mais qui en fait n’en sont pas. Toutes ces soi-disant « solutions » sont analysées et décortiquées. Il y a une bibliographie avec des analyses par des auteurs connus. Je vais par exemple citer Théodore Tréfon, un scientifique travaille au musée de Tervuren et spécialiste en gouvernance.[6] Il faut aller chercher tous ces auteurs là qui font de très bonnes choses sur le Congo, les glisser dans une certaine mesure dans ce roman mais sans le polluer (ils sont mis dans les références bibliographiques). Au bout du compte le lecteur va réaliser qu’il y a une dynamique toute simple qui est de finalement demander aux gens à la base de prendre leur destin en main.  Pour réaliser une telle politique, il faut évidemment doter de moyens financiers les entités territoriales décentralisées ; les mécanismes sont expérimentés au stade actuel :ils passeront par une fiscalité  participative, transparent et rendant des comptes avec un mécanisme de suivi évaluation efficace et non complaisant.

 

TDR:    Je comprends maintenant comment Vos livres font partie de votre idéal ou votre mission de communication.

AH:      En effet, je suis dans un processus de communication. Je travaille avec des gens sur le terrain et j’obtiens de bons résultats. Je montre aux gens qu’ils ont fait un certain travail. J’ai un beau projet local. Mais ce projet local est intéressant mais il n’est pas porteur. Il n’est pas systémique. Et donc maintenant mon obsession est de donner une dimension systémique aux bonnes choses qui se passent au Congo. Le pays est immense, on peut y faire 1000 choses intéressantes, même 10 000 choses intéressantes. Mais, si ces choses restent disséminées sur tout le territoire parce qu’il n’y a pas de cadre, le pays ne se développera jamais. Ce sera le chaos avec de très bonnes choses mais cela restera toujours le chaos. À un moment donné, il faut quelque chose de systémique. Il faut quelque chose qui touche au système et c’est pour cela que mon travail auprès de la coopération est de remettre sur place un travail de proximité, remettre un conseil de gestion où les gens travaillent ensemble. Je m’engage à mettre en place des outils systémiques, conformes aux besoins de réforme attendues par les congolais eux-mêmes (et les administrations) et surtout sur le plan de la gouvernance locale. Je mets des choses au point avec des Congolais pour les appliquer à tout le pays. Dans ma démarche il faut que je communique et que je trouve des moyens de communication. J’ai gravi une gradation dans la communication. J’utilise tous les outils disponibles: radios rurales, radios locales, internet, … dans cette recherche d’outils je suis persuadé que le roman est l’arme ultime pour convaincre.  Dans ma vie professionnelle, je dispose des soutiens forts au sein même de l’administration et à son plus haut niveaux, d’élus locaux, de leaders de la société civile de des leaders paysans, tant au niveau national que provincial, …  ce qui permet d’espérer

 

TDR:    D’où vous vient l’inspiration de vos personnages? Voulez-vous que le lecteur puisse s’identifier avec certains personnages?

AH:      Absolument. Il faut qu’il y ait des héros. Si il n’y a pas d’héros possibles, pour moi il n’y a pas de construction. Dans mon deuxième roman les deux personnages principaux sont congolais. Il y a Justin, un enfant soldat qui a fait des études d’humanités dans un environnement tout à fait idéal mais qui tout à coup est jeté dans l’armée des enfants soldats et qui va devoir trouver son chemin. Il y a Albertine, une jeune fille violée à 15-16 ans mais va devoir construire sa vie d’adulte en partant de cette case « viol ». Le lecteur va s’identifier (directement ou indirectement) par rapport à un de ces deux héros parce le Congo est un pays d’épreuves. Il va se rendre compte qu’au milieu de toutes les difficultés que ces héros connaissent ils peuvent se reconstruire et représenter l’avenir. Il est donc très important d’incarner des héros qui donnent une vision d’avenir à ce pays. Les héros sont jeunes: 50 % de la population au Congo à moins de 20 ans. Il est tout à fait évident que les deux héros soient jeunes. Maintenant comment composer ces personnages? Il y a des gens qui peuvent écrire des choses tout à fait abstraites. Moi j’ai besoin d’écrire des choses qui correspondent à une certaine réalité. Donc chaque personnage est une mosaïque de plusieurs personnes. Par exemple Albertine, je lui mets 3-4 personnages que je lui connais, essentiellement des jeunes. Je vois une jeune fille de 14 ans et donc quelque part je façonne ce personnage en ayant des modèles mais je lui donne aussi une certaine cohérence.

 

TDR:    Il est essentiel pour vous que vos personnages soient cohérents et vrais.

AH:      Oui ce sont des personnages fictifs dans un environnement réel et dans un contexte historique précis et véridique que le lecteur peut vérifier. Le personnage fictif pourrait très bien exister: dans ce sens, il est vrai.

 

TDR:    En fait vous respectez le lecteur et vous ne voulez pas le tromper.

AH:      Oui.  Vous avez tout à fait raison.

 

TDR:    Un des personnages principaux, Zwig, incarne la gouvernance locale à partir de la base. Pourtant, il meurt à la fin du deuxième roman. Pourquoi avez-vous choisi de le faire mourir?

AH:      Il meurt dans un pays secoué par la guerre. On ne pouvait pas imaginer un roman où tous les héros sortaient vivants à la fin. C’est la première raison. La deuxième raison est que Zwig est quelqu’un qui va semer. Il est un pionnier. Il fait des choses simples. On va avoir besoin de sa mort pour montrer que son devoir a été fait, qu’il nous a montré un chemin, qu’il faut aller de l’avant.  

 

TDR:    Et son message est plus fort que quand il était vivant.

AH:      Oui. Certains lecteurs attentifs du premier roman m’ont dit que Zwig n’était pas un personnage assez fort. J’ai donc voulu le rendre plus fort et le mécanisme que j’ai trouvé est qu’il meure.

 

TDR:    Là il rejoint un côté Christique?

AH:      Oui. Dans le dernier chapitre sa fille aînée, qui a 15 ans, va parler. Elle va exprimer tout ce ressenti que Zwig, son père adoptif, a bien voulu mettre dans son âme et dans sa tête. On va voir qu’émergent du roman des personnages porteurs d’espoir. Albertine et Justin vont construire une vie ensemble: ils vont se marier. Ils ont dépassé un viol, ils ont dépassé l’horrible métier d’enfant soldat et ils vont vers l’avenir. C’est aussi une manière de dire aux Congolais: « Quelque soit la dureté de la vie que vous avez connue, quelles que soient les épreuves, construire votre vie et construire le Congo est possible ». Le Congo sera construit sur les ruines des traumatismes que les gens ont connus. Il n’y a pas de choix. À la fin du roman les personnages qui émergent et qu’on aurait envie de retrouver dans un troisième tome, sont tous de jeunes Congolais qui ont eu quelque part une souffrance, un chemin très laborieux … car c’est la réalité.          

            Nous sommes dans un grand pays en construction. Quelques soient les difficultés du Congo, le Congo se construit à grande vitesse. Le Congo d’aujourd’hui le Congo dans 5 ans et le Congo dans 10 ans seront totalement différents. Il faut aussi que le lecteur, qui est habitué à lire des choses un peu figées sur l’histoire coloniale, sur l’histoire de Mobutu etc. se rende compte que l’on est dans pays très dynamique.

 

TDR:    C’est vrai que les médias donnent souvent une image glauque du Congo.

AH:      Oui effectivement car le spectaculaire est ce qui a de plus facile à collecter. Le Congo s’est forgé une certaine image mais le Congo est aussi une dynamique de gens qui avec de tous petits moyens essaient d’émerger et de faire quelque chose de leur vie.

 

TDR:    Comment voyez-vous l’avenir de Vicky, l’épouse de Zwig?

AH:      C’est une bonne question. Je pense que Vicky est la personne la plus perturbée par la mort de Zwig. Zwig jouait un rôle important dans l’éducation des enfants. Elle jouait un rôle de mère mais le rôle d’éducateur principal via l’école s’était Zwig qui le jouait. Ils étaient un couple mixte. Vicky va se rendre compte que ses filles vont progressivement entrer dans la vie adulte. 

 

TDR:    Ce deuxième roman continue le premier. Pourriez-vous expliquer pourquoi il était important pour vous d’écrire une suite?

AH:      Oui. D’abord le premier roman s’achève en l’an 2000. Alors, comment est-ce que je pouvais amener des valeurs de construction avec une histoire qui s’est arrêtée il y a 14 ans? Je devais revenir à l’actualité. Il fallait que le deuxième tome soit la suite de la saga. On pourrait se demander pourquoi je ne l’ai pas fait plus tôt. Cela m’a pris beaucoup de temps pour me faire une place avec mon premier roman. J’ai mis 7 ans à l’écrire. Ensuite j’ai mis 5 ans pour trouver un éditeur. Quand le roman a été édité, j’avais donc commencé l’entreprise depuis 12 ans. Je ne savais pas si j’allais réussir.

 

TDR:    Vous avez écrit votre premier roman en employant un pseudonyme. Pourquoi?

AH:      Parce que je n’étais pas très gentil par rapport à certains dirigeants africains. À cette époque là, il y a quand même quelques années déjà, on ne trouvait pas dans la littérature des critiques sur des pays comme le Rwanda, le Congo etc. Maintenant, grâce à un éditeur qui a compris ma démarche, j’ai pu rééditer le roman sous mon vrai nom.

 

TDR:    Mais c’est un autre éditeur aussi, n’est-ce pas?           

AH:      Oui en effet. Mais le fait d’écrire sous mon vrai nom permet au lecteur ou à ceux qui me connaissent de relier le roman à mes activités professionnelles. C’était une erreur de découpler mes activités professionnelles du roman. Les gens ne me comprenaient pas. Maintenant que les gens me connaissent par mon travail et par mon premier roman, ils comprennent ce que je suis en train de faire. Finalement le roman devient une méthode de communication ultime sur le travail de fond que j’essaie de faire au Congo. Alors il me suffit de rattraper le temps perdu. Je dois faire un roman qui commence à la fin du premier et qui arrive jusqu’à aujourd’hui.

            Il y a aussi une maturation de ma part. J’ai quelques années en plus, je vois après 12-14 ans que je peux plus m’impliquer personnellement. Je vois aussi que les risques sont moins importants qu’ils ne l’étaient à l’époque. Ce que j’écris sur certaines personnes pas très gentiment, tout le monde le sait maintenant. C’est écrit ailleurs et je le reprends tout simplement sous une forme romancée.  

 

TDR:    Y aura-t-il un troisième tome après?

AH:      La façon dont on voit les personnages à la fin laisse à penser clairement qu’il y aura une suite.  Mais, il en faudra la force et le temps

 

TDR:    Comment voyez-vous l’avenir du pays?

AH:      Comme je l’ai dit le Congo est un très grand pays avec un très grand potentiel. En 2050 ce sera le neuvième ou le dixième pays le plus peuplé de la planète. Rien qu’en population cela donne déjà une idée. En ressources le Congo est dans les dix pays les plus importants de la planète: en terme de forêts, de biodiversité, de ressources minières, etc. C’est un pays stratégique. Je dirais même que c’est « le » pays stratégique de l’Afrique. Qu’on le veuille ou non, la R.D.C. sera amenée à jouer un rôle important sur l’échiquier mondial. Ce rôle important apporte énormément d’opportunités  à ce pays. Il faut donc essayer d’ordonner cela tant soit peu.

            Si on le caricature, le Congo d’aujourd’hui est un pays de cueillette anarchique où les paysans brulent leur pays à petit feu, où des gens vont prendre les minerais. (Notons toutefois qu’en comparaison au Brésil –son pendant sud américain– la R.D.C. est un pays encore, ne disons pas intact, mais moins abîmé ou moins exploité.) Ces cueillettes anarchiques sont le fruit des Congolais eux-mêmes, des multinationales et de multi intermédiaires.  Donc à une caricature extrême c’est la cueillette anarchique et à l’autre extrême l’Etat organisé, de droit, qui fonctionne. Le pays ne pourra pas espérer émerger cette situation extrême-là. Je suis convaincu qu’en 10, 15, 20 ans, même 30 ans, on ne pourra pas construire une administration cohérente pour gouverner ce pays comme la Belgique ou l’Allemagne ou même les États-Unis. Le pays n’en aura pas les moyens financiers. Il faut trouver une solution originale sur le plan de la gouvernance. Pour moi, le trépied, comme dans beaucoup d’autres pays, c’est (i) le gouvernement élu, (ii) c’est l’administration et (iii) c’est aussi la société civile, qui inclut le secteur privé, la société paysanne, et tout cela. Nous devons trouver une dynamique de développement de ces forces-là pour générer des richesses, pour générer des ressources pour l’état etc. Nous devons trouver une solution réaliste avec une gouvernance participative. L’avenir du pays sera fonction du réalisme que l’on aura à mettre en place des outils qui vont permettre à ce que la société civile participe à son propre auto développement. Pour cela il faut un contexte politiquement compatible avec des institutions et avec une administration (qui n’est pas là pour jouer des rôles de monopole avec une efficacité douteuse) qui est là pour jouer un rôle minimal d’accompagnement des forces vives de la nation.

 

TDR:    Quels conseils donneriez-vous aux jeunes Congolais, à ces jeunes qui ont maintenant 12 ou 13 ans?

AH:      Il y a au Congo un décalage énorme entre les études et les métiers auxquels on prépare les jeunes et les besoins du pays. En gros, on ne prépare pas aujourd’hui les jeunes aux métiers porteurs parce que le système éducatif s’est déconnecté des réalités. Les animateurs du système éducatif font de la survie et n’ont pas eu de vision prospective.

            Il faut que les jeunes avec leurs parents deviennent exigeants par rapport au système éducatif congolais. On a besoin d’une centaine d’experts forestiers, de spécialistes en biodiversité, d’experts en cartographie, d’animateurs ruraux, d’éco guides, d’entrepreneurs transformateurs de produits de terroir, comme Gratitude qui réussit à Kisantu . On a besoin d’une quantité de professions en rapport avec le terrain. La formation au Congo, quelle soit primaire, universitaire ou secondaire est une éducation généraliste, c’est à dire on a appris des contenus, des savoirs occidentaux de l’époque coloniale belge. On les a un tout petit peu adaptés et on donne cela aux gens. Il faut qu’il y ait un enseignement qui fasse référence aux potentialités et aux ressources locales et il faut que les parents et les enfants exigent cela. Il faut d’abord une formation de base au Congo qui soit spécifique et qui fasse référence aux potentialités et aux richesses de ce pays. Il faut que les gens soient fiers de leur pays pour pouvoir le construire.   La Mukanda, autre terme que l’on donnait autrefois pour cette étape d’initiation des adolescents vers la vie d’adulte, était riche sur le plan éducatif et incorporait des leçons de savoir être et de savoir-faire dans la communauté (locale)

 

TDR:    Ne faudrait-il pas réhabiliter le métier d’enseignant pour cela?

AH:      Oui, absolument. On a construit beaucoup de nouvelles écoles en RDC ces dernières années , et il faut féliciter le gouvernement congolais, les gouvernement provinciaux, l’UNICEF , mais il ne faut pas que ces écoles restent des boites vides ; …l’attente de la population des mamans vis-à-vis des autorités est de s’occuper de l’enseignement de base, de donner à l’enseignant des conditions de travail décentes à commencer par un salaire décent, de doter d’un programme solide et d’outils pédagogiques les institutions qui forment les enseignants de demain et autres. Il faut redonner des lettres de noblesse au métier d’enseignant. Aujourd’hui c’est le dernier métier qu’un Congolais veuille faire. Comment peut-on construire un pays comme cela?

            Aujourd’hui on voit que le gouvernement a revalorisé les professeurs d’université. C’est bien. Aujourd’hui les professeurs d’université gagnent des salaires corrects. Ils sont à nouveau motivés et s’impliquent dans les problèmes de société. Malheureusement cela est le haut et en bas des universitaires on n’a pas formé la population. Il faut qu’il y ait un investissement majeur au niveau de l’enseignement. Il faut des écoles techniques, professionnelles qui correspondent aux nouveaux enjeux de la société congolaise et qui inclus la protection des patrimoines naturels. Il faut aussi cultiver l’idée d’autodidacte, d’auto-entrepreneurs (comme en France et aux E.U.) Il faut revoir l’enseignement de manière pratique et pragmatique afin d’obtenir des résultats dans des délais raisonnables. Il faut créer des formations techniques de cycle court. Dans les campagnes on doit privilégier de telles formations, qui sont pratiques et qui correspondent à des emplois, à des activités, à des valeurs ajoutées, que l’on peut créer localement. Je prends un exemple. Il faut déterminer dans ce pays où on va faire du palmier à l’huile, ou on va faire du cacao, où on va faire du café, où on va faire du thé et où on va faire du caoutchouc. Il faut donc qu’il y ait une planification régionale. Dans ces zones où l’on va faire ces activités on doit installer des écoles qui correspondent à ces métiers.

TDR:    Cela nous ramène au roman où Vicky reprend cette notion de créations de métiers.

AH:      En effet.

 

 

 

[1] Comme son nom l’indique, il s’agit d’une science qui associe les plantations d’arbres à l’exploitation agricole.

[2] Bilembo veut dire « trace » en lingala, la langue majoritairement parlée dans la capitale congolaise. Avec Chantal Tombu il a crée le centre Espace Texaf Bilembo (dans les locaux de l’ancienne usine textile Texaf à Kinshasa) qui a comme but de faire mieux connaître les artistes congolais contemporains (en organisant des expositions temporelles) et de faire mieux connaître la richesse du pays aux jeunes en les conscientisant aux ressources agricoles et au développement durable (en organisant des ateliers de travail ponctuels).

[3] Jean-Claude Willame est professeur émérite de l’Université Catholique de Louvain. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la R.D.C. et du Rwanda.

[4] Isidor Ndaywel è Nziem est professeur, historien et linguiste. Il a enseigné à plusieurs universités en R.D.C. (Kinshasa et Lubumbashi),  en République du Congo (Brazzaville), au Canada (à Laval) et en France (Paris I). Son Histoire générale du Congo constitue une source historique incontournable.

[5] MONUSCO = Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en R.D.C.

FAO = Food and Agriculture Organisation of the United Nations = Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture.

FIDA = Fond International de Développement Agricole.

HCR = Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés.

[6] Théodore Tréfon a écrit entre autres Congo Masquerade.