La presse en parle...


Les articles les plus récents sont présentés en haut de page.


octobre 2016

lire la suite sur le site de La Dépêche.


Juillet 2016


La critique de "Kivu, l'espoir" de A. Huart en collaboration avec R. Peigny

dans LE CARNET ET LES INSTANTS

 

Roman choral, instructif et passionnant

Alain HUART, Kivu l’espoir, Weyrich, 2016, 675 p., 22,5 €

 

Justin n’a pas encore quinze ans lorsque sa mère et sa petite sœur sont abattues sous ses yeux. Livré à lui-même, il rejoint alors le rang des enfants soldats, les kadogo, entamant ainsi sa carrière militaire. À Kisangani, Albertine, jeune fille candide de 14 ans, sans père et brouillée avec sa mère, grandit entourée de sa famille de cœur. La guerre met sur sa route la violence, la souffrance et la maladie mais aussi Justin et une histoire d’amour.

À New York, Smith est aux prises avec ses doutes, ses désillusions et sa culpabilité. Son expérience rwandaise l’a profondément marqué et les exhortations de la très pragmatique Susan n’y changent rien. Zwig et Vicky, couple mixte venu témoigner à New York à la commission d’enquête sur le génocide rwandais, s’apprêtent à relancer une exploitation de café au Congo et à démarrer une nouvelle vie. Au Nouveau-Mexique, Veronica est sans nouvelles de sa journaliste de mère, dont elle soupçonne la CIA d’avoir organisé l’enlèvement.

Véritable roman choral, Kivu l’espoir raconte les destins croisés de ces personnages, étalés sur plus de vingt ans. Présenté comme la suite de Kivu, du paradis à l’enfer, ce tome II peut tout à fait être lu indépendamment. Au besoin, un résumé du tome I en début d’ouvrage en situe les grandes lignes.

Plus qu’un simple roman, Kivu l’espoir est aussi un récit historique. Des personnages fictifs travaillés évoluent dans différents cadres bien réels et réagissent à des événements avérés relatés avec précision, faisant de Kivu l’espoir un docu-fiction.

L’auteur expose le cadre historique au gré de l’évolution du récit et distingue les parties romancées des faits historiques, allant même jusqu’à proposer un cahier pédagogique en fin d’ouvrage. De cette façon, chacun est libre d’enrichir plus ou moins ses connaissances sur la Région des Grands Lacs mais aussi le contexte international des dernières décennies, les dessous de l’aide humanitaire et d’autres grands thèmes sociétaux. Le lecteur est ainsi en présence à la fois d’une histoire prenante et d’une trame de fond intéressante dont la véracité rend le récit encore plus passionnant, malgré quelques longueurs.

La narration fait voyager de décor en décor, d’un protagoniste à l’autre, en passant régulièrement de la première à la troisième personne, offrant tantôt un point de vue subjectif, tantôt une prise de recul. Ces différents éclairages se complètent harmonieusement pour créer un récit de qualité. Quelques coquilles parsèment l’écriture mais le style est très agréable, facile à appréhender, malgré la complexité des sujets.

Évitant de devenir trop didactique et de se muer en manuel d’Histoire, Kivu l’espoir est un roman instructif et passionnant, à conseiller tant pour un bon moment de lecture que pour une découverte de l’Histoire récente dans la Région des Grands Lacs.

Estelle PIRAUX


Mars 2016



Octobre 2015



juin 2014